• Je suis kaput. Hier matin dès 07:00, aménagement, rangement, ménage. Dans l'après-midi, bain de mer à la plage ; la dernière fois c'était à la crique dont l'accès, acrobatique et périlleux, me fait souci à cause de mes problèmes de dos. L'eau était fraîche ! Et le soir, ben comme (presque) tout le monde, en route pour le feu d'artifice. A scooter sur la première moitié du chemin, à pied pour finir. Direction plage du Lido.

    Longer la mer à cette heure avancée de la soirée, c'est une grande émotion, d'autant plus que j'ai toujours beaucoup aimé l'entre chien et loup.

    Si paisible, et silencieux malgré le grand nombre de gens qui s'achemine vers la plage. Du reste, tout le temps de cette soirée, je me suis étonnée du calme incroyable des gens dont la plupart s'occupent de leurs enfants et de leurs chiens sans crier. Il y a des touristes aussi, plutôt des Allemands.

    Quelques baigneurs tardifs, des groupes sur la plage, des promeneurs les pieds dans les vagues.

     Le Lido n'est plus très loin. J'aperçois les attractions pour enfants.

    Ce que j'aime cette courageuse végétation méditerranéenne, sèche et rousse, qui brave la chaleur, le sel et le vent.

     Quelque chose du désert

    La photo est floue, je tenais quand même à vous la montrer parce que c'est une nuit de pleine lune et sur le chemin du retour, dans l'obscurité, ne se voient que la lune et son large reflet argenté dans la mer, tel un passage magique. 

    Là, nous nous installons tous ensemble le long de la digue, assis dans le sable ou sur les rochers. Nous sommes en avance. Les petits courent et cabriolent sur la plage. Des pères de famille jouent avec leur enfant. Le bruit des conversations se fond sourdement dans celui des vagues. Puis jaillit à l'horizon la première étincelle, annonçant l'heure du feu d'artifice tant attendu.

    Vous avez tous vu des feux d'artifice alors j'ai préféré faire un montage plutôt que d'aligner quinze photos plus ou moins réussies. Lorsque s'éteint la toute dernière lueur, lorsque retombe le silence après la détonation des pétards, le public applaudit, puis se lève et part. Je reste confondue devant tant de discipline et de civilité. J'imaginais que ce serait bruyant, chaotique, voire irrespirable, mais tout le monde reprend en bon ordre le chemin du retour. Les automobiles ne klaxonnent pas ; juste on entend la sonnette aigrelette des vélos qui préviennent de leur arrivée les piétons "égarés" sur "leur" piste cyclable. Des jeunes filles prennent des photos de la lune sur la mer avec leur smartphone. Je n'ai jamais vu de ma vie de feu d'artifice aussi silencieux qu'à Sète.


    26 commentaires
  • Tout le monde est là, les personnalités Civiles, Militaires et Religieuses, la fanfare des Pompiers de Villeneuve-les-Béziers, l'Avenir L'Islois, la pena Bella Ciao, l'Harmonie Rognonaise ...

    Et les gens affluent de toute part, comme par miracle, ils se joignent au cortège, l'effervescence est à son comble.

    Le voici, dans toute sa splendeur et plus près que jamais, sur sa barque blanche abondamment fleurie.

    Il domine la foule, il va je ne sais où ...

    Et tout à coup je comprends, nous voilà sur les quais, devant les bateaux pavoisés, surchargés de monde, c'est aussi là que je vais perdre de vue Saint-Pierre tant la foule est serrée, je n'ai jamais vu ça : Sète, comme un seul homme, se précipite à la Criée, gravit les marches de pierre ! Soudain, la fanfare laisse place au silence. Jaillissent alors les premiers accords de La Marseillaise. Et tout le monde chante ... à moi, les larmes me montent aux yeux.

    Les barques décorées de fleurs blanches comme pour un mariage sont sur le départ avec leur cargaison de Jouteurs et de marins jeunes et moins jeunes.

    Les gros bateaux blancs croulent sous le nombre !

    Je choisis de m'éloigner de la Criée pour avoir une vue d'ensemble de ce qui se passe et je vois partir les barques et les chalutiers, tous ensemble, vers la mer, en hommage aux marins disparus.

    Au-revoir Saint-Pierre. C'était une merveilleuse fête, j'ai vraiment senti palpiter l'âme de Sète. Bien avant la profane Fête des Lumières, quand les Illuminations de Lyon c'était le 8 décembre et que des milliers de lumignons dansaient aux fenêtres, avec mon père nous avions fait la montée aux flambeaux jusqu'à la basilique de Fourvière et sa Vierge dorée. La même émotion m'avait étreint le cœur. La fête de la Vierge, à Lyon, s'est perdue au profit des spectacles pyrotechniques qui attirent les touristes du monde entier. La fête religieuse du Grand Pardon de la Saint-Pierre a de belles années devant elle : tout simplement parce que les gens y croient. 


    31 commentaires
  • Merveille des merveilles, c'est là qu'apparaît Saint-Pierre sur sa barque toute fleurie de rouge, et je me tiens si près que c'en est un miracle ! ... et je serai près de lui pendant presque toute la durée de la procession.

    Nous sommes devant la décanale Saint-Louis et nous nous mettons lentement en marche pour une destination que je crois être la Chapelle des Pénitents. La foule se resserre autour de la statue du Saint, il faut le voir de ses yeux pour le croire.

    On dirait que Saint-Pierre bénit les maisons devant lesquelles il passe

     D'autres barques avec porteurs, plus petites, ouvrent la marche

    Il faut voir le bon peuple sétois applaudir avec ferveur au passage de Saint-Pierre, et les porteurs écrasés par le soleil et le poids de la barque se relayer vigoureusement. Il faut voir notre escorte, grossir au fur et à mesure que nous descendons vers les quais, la foule se densifier de part et d'autre des ruelles. La liesse est à son comble et je ne sais pas où nous allons mais j'y vais d'un cœur léger, et vous pouvez être sûrs, en lisant ces lignes, que je suis sur le point de pleurer de joie encore une fois. Je n'ai jamais rien vécu de pareil. C'était grandiose et bouleversant. Je vous retrouve demain pour notre arrivée à destination, en fanfare, et si nombreux qu'on se croirait à la Fête des Lumières de Lyon le 8 décembre. Mais nous sommes à Sète, le dimanche 7 juillet, il est bientôt midi. 


    25 commentaires
  • Comme je l'écrivais dans mon précédent article, nous sommes aux alentours de la décanale Saint-Louis et nous attendons que la messe soit terminée et que les paroissiens soient tous sortis. Pourquoi ? - Hum, j'ai ma petite idée mais il va falloir attendre encore. Et pour prendre notre mal en patience je vous invite à faire un petit tour des rues avoisinantes. Il est toujours temps de visiter Sète que je ne connais pas encore par cœur, loin de là !

    Sur la photo ci-dessus, il s'agit d'une fresque murale

    Je crois qu'il y a 32 marches à cet escalier super étroit

    J'ai craqué pour cette petite composition urbaine

    Mais on dirait que ça bouge ... Les gens commencent à sortir de l'église. Un mouvement de foule me fait comprendre que le GRAND MOMENT est arrivé.

    Mais que nous préparent-ils ? Ouvrez grand les yeux, vous devinerez peut-être !? Réponse demain en images, je n'aurais jamais cru vivre ça un jour !


    21 commentaires
  • Premier épisode d'une longue série ... Levée tôt pour faire mon ménage, m'occuper des zanimo, puis partir en ville à scooter pour être pile à l'heure du départ du défilé de Jouteurs, en fanfare bien sûr, direction la décanale Saint-Louis où nous attendront bien d'autres événements mémorables. Nous sommes dimanche 7 juillet, au 4ème jour du Grand Pardon de la Saint-Pierre.

     Les Jouteurs sont devant avec leurs lances

    Et on en profite pour visiter Sète ;-)

    Nous ne sommes pas encore bien nombreux à suivre le cortège mais ça va venir

    Je me rapproche subrepticement

    Ca grimpe légèrement

     Bleu blanc rouge

    En fait les gens nous attendent plus haut

    Ils sont tous là, au pied de la décanale Saint-Louis ...

    ... Dont voici le clocher sous le soleil exactement

    Les lances des Jouteurs appuyées contre le mur de la décanale Saint-Louis

    Tout le monde attend. De la Décanale Saint-Louis émanent des chœurs puissants qui donnent le frisson. J'attends comme les autres, avec les autres, les Jouteurs, les Sétois, les touristes. Ville de Sète. Jamais je n'aurai été aussi proche de toi qu'aujourd'hui.


    12 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires